Le président de la FFR, qui s’était déjà mis en retrait après sa condamnation pour corruption, est soupçonné de fraude fiscale cette fois.

Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby, a été condamné le 13 décembre à deux ans de prison avec sursis pour avoir noué un « pacte de corruption » avec l’homme d’affaires et président du club de Montpellier Mohed Altrad.

Ayant fait appel de la décision, sa peine, assortie de l’interdiction d’exercer son activité de président de la FFR, n’est pas immédiatement exécutoire.

Le dirigeant français a été placé en garde à vue ce mardi, dans une affaire distincte, pour blanchiment de fraude fiscale aggravé, tout comme deux autres personnes. Une nouvelle fois, c’est le Parquet national financier (PNF) qui a lancé cette affaire, après avoir ouvert une enquête préliminaire en août 2020. Le Service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) est en charge de cette nouvelle affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *